La Finlande et son incroyable système d’éducation

Petit historique de l’évolution du système éducatif de la Finlande

En 2007, la Finlande a complètement réformé son système d’éducation, en faisant aujourd’hui l’un des meilleurs au monde. Comment y sont-ils parvenu? Il semblerait que la clé passe par l’abandon complet du modèle centré sur l’évaluation des acquis. Ils font place à la créativité, le sens critique, le jeu, la responsabilisation…, les études en deviennent un plaisir.

Voilà quelques années que je m’intéresse de près à cette révolution éducative nordique. Sur bien des aspects, la Finlande, la Suède et même la Norvège ont, à mon sens, pris beaucoup d’avance dans leur manière d’aborder et de comprendre la société dans son ensemble et le bien être de l’humain.

Voici dans les grandes lignes les réformes misent en place :

  • Les enfants finlandais commencent l’école à l’âge de 7 ans seulement.
  • Les élèves ne subissent aucune évaluation pendant les 6 premières années.
  • Les élèves du primaire disposent de 75 minutes de récréation par jour.
  • 90% des établissements d’enseignement secondaire général finlandais appliquent un programme de lutte contre le harcèlement scolaire efficace basé sur des travaux de recherche : il s’agit du programme KiVa issu d’études menées par l’Université de Turku.
  • Difficultés d’apprentissage ou pas : les élèves apprennent dans les mêmes classes.
  • Les élèves ne subissent aucune évaluation pendant les 6 premières années.
  • 30 % des élèves reçoivent de l’aide spécialisée pendant leurs 9 premières années d’école.
  • Les élèves ont droit à une pause non structurée de 15 minutes après chaque plage d’enseignement de 45 minutes (les travaux de recherche menés sur ce point affirment que les pauses fréquentes favorisent l’attention dans la salle de classe).
  • Tous les jours où ils ont classe, les élèves finlandais ont droit à un repas nourrissant gratuit.
  • Ils sont incités à la créativité, mais aussi pousser à développer une aptitude plus affirmée au sens critique.
  • Les élèves finlandais de première et deuxième année ont en moyenne seulement trois heures de cours environ par jour ponctuées de brèves récréations.
  • Les enseignants ne sont en classe que 4 heures par jour, et ont 2 h de formation continue par semaine.

Voici les résultats incroyables que la Finlande obtient depuis plusieurs années grâce à ce système :

  • 93 % des élèves réussissent leurs études secondaires.
  •  Depuis 2001, les jeunes Finlandais arrivent dans les premières positions des classements internationaux en science, lecture et mathématiques.
  • La différence entre les élèves les plus faibles et les plus forts est la plus petite au monde.
  • La Finlande dépense en moyenne 30 % de moins par élève que les Etats-Unis.
  • Le système d’éducation est financé à 100 % par l’État.

Toutes les écoles finlandaises sont publiques à l’exception d’une petite poignée d’écoles privées. Ceci se traduit par un haut niveau d’enseignement et d’apprentissage à l’échelle de l’ensemble du territoire national : ainsi, quelle que soit la région où ils grandissent, tous les enfants du pays ont gratuitement accès à de bonnes écoles où ils seront pris en charge par des enseignants qualifiés, à un programme d’enseignement équilibré.

De nos jours, la Finlande innove encore le système scolaire et d’éducation en ne dispensant plus les cours par «matières» mais par «thèmes» dans ses écoles. Cette initiative représente un moyen de ne plus inclure de cours superflus dans les programmes sous prétexte qu’ils correspondent à une matière. Chaque sujet est choisi pour sa richesse et sa pertinence. Pour l’instant cette nouvelle réforme n’est testée que dans certaines écoles de la capitale mais elle devrait être étendue à l’ensemble du pays d’ici à 2020.

Encore aujourd’hui j’ai de la peine à comprendre pourquoi nous ne nous inspirons pas de ce système d’éducation qui a fait ses preuves et qui permet à nos enfants de s’instruire, se former, apprendre sans frustration. Nos systèmes éducatifs ont tendances à placer nos enfants dans des cases, ils doivent rapidement faire des choix d’orientations de vie et sont très vite étouffés par le système.

Et vous, qu’en pensez vous ? N’hésitez pas à commenter. Inscrivez vous à ma newsletter pour être informé rapidement de mes nouveaux articles, ne soyez pas timide 😉

Bonne lecture

 

Voici un petit extrait d’un reportage dans une école finlandaise et le lien du site officiel pour en savoir plus ici

Please follow and like us:
7

5 Commentaires “L’incroyable système d’éducation scolaire finlandais”

  1. C’est sidérant de logique et de concret. Je ne comprends pas moi non plus ce que la France attend pour arrêter un système scolaire aussi défaillant et délétère pour les élèves. Soit nos dirigeants sont aveugles soit ils sont négligents, je crains malheureusement que ce ne soit la deuxième hypothèse.

    1. Je suis parfaitement d’accord avec ton analyse. Je ne comprends pas pourquoi personne ( politiques ) ne s’inspire d’un
      système éducatif aussi bon et surtout qui fonctionne parfaitement. Affaire à suivre…

  2. J’en pense la même chose ! Tout n’est pas mauvais dans le système français mais il y aurait tellement à revoir… c’est pourquoi les écoles alternatives et l’IEF se multiplient et intéressent de plus en plus de monde… Le problème est que ces écoles ou ces méthodes sont réservées a une certaine élite étant donnés leurs tarifs (Ecole hors cadre = pas de subvention…) !
    En tout cas, ton
    Billet est très intéressant..

    Bonne journée

    1. Merci pour ton retour et d’avoir prie le temps de me lire. Moi j’habite en Suisse et malgré un système pas si
      mauvais que ça, nous sommes à des années lumière du système finlandais que je trouve extrêmement intéressant.
      Belle journée

  3. Et oui, moi non plus je ne comprends pas l’immobilité des pouvoirs publics! Alors que l’on sait, on le dit et on le répète, notre système éducatif n’est plus en phase avec le monde et la société actuelle dans lesquels naissent nos enfants. Mais on ne fait rien, c’est comme pour nos capacités en langues étrangères, on sait que le français (en général) n’est pas bon mais on ne fait rien, en tout cas il faut que cela vienne d’initiatives locales et privées. Et ensuite quand ça prendra de l’ampleur, le gouvernement s’en préoccupera mais nous aurons déjà beaucoup de retard sur le monde…
    En tout cas, merci à tous ceux qui en parlent, agissent et défendent une éducation « alternative »…
    Car le changement ne viendra pas d’en haut.
    Merci pour votre billet.
    Elisabeth

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Vous aimez le blog ? Partagez sur :