Nous avons beau avoir déjà deux magnifiques enfants et une famille où chacun a réussi à trouver sa place, l’arrivée d’un nourrisson chamboule tout.

Un nouveau né est centré sur lui-même. Il essaie de nous communiquer, souvent avec des pleurs, ses besoins, ses émotions, et ses désirs à l’aide de signaux que nous devons essayer d’interpréter. Avec nos deux premiers loulous, nous avons appris qu’un bébé ne pleure jamais pour rien. Le plus souvent ses pleurs sont synonyme de faim, soif, trop chaud, trop froid, besoin de contact, d’être rassurer, inconfort ( couches pleines…).

Mais au final, les pleurs les plus difficiles à gérer restent les fameux pleurs du soir, ces pleurs inconsolables. Bébé décharge la tension accumulée durant la journée. Il faut savoir qu’un nourrisson est comparable à une éponge, il accumule toutes les émotions comme le stress, la fatigue, la tension de ses parents… Avez-vous déjà remarqué comme il est difficile d’endormir un bébé lorsqu’on est soi-même tendu, à bout ? Il est indispensable pour maman et papa d’oser demander de l’aide parfois afin de s’octroyer quelques heures de répit dans ces moments-là.

Evidemment il ne faut pas délaisser les deux autres loulous et c’est là que tout se complique.

Comment faire comprendre a un enfant de 7 et 5 ans que l’arrivée de bébé 3 ne remet en aucun cas en cause l’amour et l’affection qu’on leur porte alors que nous sommes focalisés malgré nous sur les besoins primaires de bébé. Chez nous nous avons observé deux réactions bien différentes. Notre fille a légèrement régressé ( biberon, elle se couche sur le tapis de jeu ou même dans le maxicosi…) et elle est devenue un peu plus agressive oralement. Notre aîné, ne souffre pas du tout de l’arrivée de bébé mais il vit assez difficilement le manque d’attention dont il a énormément besoin ( C’est un BABI ). Finalement la place la plus difficile à gérer est celle de notre fille qui n’est plus la petite dernière et qui avait une relation fusionnelle avec maman.

Les solutions que nous avons mises en place :
  • Donner des responsabilités aux deux ainés

Aider à donner le bain de bébé

Aller chercher le doudou

Préparer les affaires pour le change…

  • Prévoir des moments de jeux

Passer du temps avec nos ainés et privilégier ces moments

Faire un maximum d’activités en famille

Laisser les ainés s’occuper/jouer avec bébé…

  • Augmenter et privilégier la communication

Inciter les ainés à s’exprimer sur leurs émotions ( tristesse, colère, frustration, joie…)

Impliquer un maximum les enfants à la compréhension et à l’interactivité avec bébé

Rassurer les ainés de l’amour que l’on a pour eux

Ne pas hiérarchiser les places en famille, nos enfants doivent vivre leurs vie d’enfants…

L’arrivée d’un bébé dans une famille… implications

Un nouveau né qui arrive dans une famille implique énormément d’attention et de patience les uns envers les autres. Un bébé n’a pas d’horaire et a très peu de compassion sur l’état de fatigue des autres membres de la famille. C’est pourquoi la bienveillance familiale doit être le maitre mot durant cette période difficile que toutes les familles connaissent.

Pour les parents aussi, la situation se corse. Il n’existe aucun mode d’emploi sur la bonne éducation. Nous nous en sommes rendu assez vite compte avec les deux premiers. S’entendre sur la manière d’éduquer ses enfants est parfois compliqué. Le plus important est de trouver des lignes directrices et un cadre commun et de s’y tenir. Ceci est d’autant plus important avec l’arrivée d’un nouveau né. En effet, les plus grands ne vont pas se gêner de tester les limites et la fatigue pourrait nous faire céder. Les parents doivent se serrer encore plus les coudes et privilégier un maximum de solidarité. Et vous l’aurez compris, la fatigue physique et nerveuses de ces premiers mois rend l’objectif encore plus difficile à atteindre.

Alors, me direz-vous… pourquoi avoir fait un 3ème enfants ?

La réponse est simple et limpide :

Un enfant vous transforme, vous transcende et a le don de faire jaillir le meilleur de vous-même. Le bonheur et la joie que la pureté et l’innocence extraordinaire d’un enfant vous apporte est tout simplement la plus belle expérience d’une vie. L’amour inconditionnel et la confiance sans limite qu’il vous accorde ne peut pas laisser indifférent. Pour finir, un enfant est le fruit d’un amour sincère, beau et abouti entre un homme et une femme qui se font ainsi le plus beau des cadeaux.

Et chez vous ? Comment s’est passé l’arrivée de votre ( ou vos ) nouveau né(s) ?

Bien à Vous

 

    blognouveauparent©  
Please follow and like us:
0

10 thoughts on “Nouveau né, les premières semaines en famille”

  1. Nous avons la grande chance de n’avoir jamais connu les pleurs du soir (ou vraiment très peu)pour aucun des enfant. Loni nous simplifie vraiment les choses car il est tout doux et calme, je trouve qu’il n’a pas boulversé les places de chacun (comme l’avait fait ses ainés), c’est juste un supplement d’amour. Ma fille a un peu soufert de perdre sa place de dernière mais finalement c’est bien car comme vous c’est la seule fille, elle conserve une position particulière.

  2. J’aime bien dire qu’un enfant est un extracteur de jus qui nous pousse à sortir chaque jour le meilleur (quoi que pas toujours malheureusement ) de soi-même.
    L’arrivée de notre nouveau-né fût la plus incroyable surprise de mon existence. Celle qui m’a fait grandir, m’a révélé des facettes insoupçonnées de ma personnalité et celle aussi qui a fait tanguer notre couple comme jamais.
    Il a fêté ses 7 ans hier et l’émotion est intacte.

  3. Il est très chouette, cet article, car très réaliste.

    Un enfant qui débarque fait bouger les lignes, et notre vie n’est pas toujours la jolie carte postale du bonheur qu’on voudrait bien montrer.

    Communiquer, s’écouter, demander de l’aide, et briser les tabous permettent de surmonter les difficultés plus facilement, c’est certain !

  4. Je pense que tu résumes plutôt bien le chamboulement et, l’épreuve aussi parfois, qu’est l’arrivée d’un bébé dans une famille. Ici les jujus avaient 2 ans lorsque leur frère est né. Les aînés n’ont pas vraiment réagit à l’arrivée du petit frère. Ils en avaient un peu peur au début et puis au fil des mois ils l’ont adopté. Peut être parce qu’ils sont eux aussi encore bébés et qu’il comprennent ses besoins, parce que étant arrivés à deux ils savaient déjà partager.

  5. Pas évident de gérer les pleurs du soirs, et tu as tout à fait raison, les enfants sont des éponges ! Je suis toujours aussi étonnée de constater à quel point mes enfants sont des miroirs de mes propres émotions … Alors on essaye de prendre sur soi, mais ce n’est jamais évident !
    En tout cas, félicitations pour troisième petit bout et plein de bonheur pour vous 5, courage pour les moments difficiles; les moments heureux finissent toujours par nous faire tout relativiser !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Vous aimez le blog ? Partagez sur :